Sélectionner une page

Épisode 23 – The Villainess et A Taxi Driver

par | Déc 21, 2017 | Podcast | 0 commentaires

Quelques mois après notre épisode consacré à Okja et The Age of Shadows, on récidive avec une discussion sur deux films coréens qui ont marqué l’année 2017: The Villainess et A Taxi Driver!

Oeil de poisson

Lorsqu’elle éradique tout un gang de thugs responsables de la mort d’un être cher, Sook-hee est arrêtée par la police. Cependant, elle tombe dans l’oeil d’une agence secrète coréenne qui entraîne des femmes pour des missions à haut risque. Enceinte d’un enfant, Sook-hee accepte travailler à leur compte pour les dix prochaines années. Malheureusement, son passé va la rattraper dès qu’elle sera déployée sur le terrain…

Difficile de résumer l’intrigue haute en couleurs de Villainess, qui mélange du mélodrame sirupeux aux meilleures scènes d’action que vous aurez vu cette année. Ok, l’intrigue rappelle beaucoup La Femme Nikita. Mais croyez-nous sur parole, vous voulez voir les cascadeurs de ce film en action sur des motos!

L’héritier de Niro

L’intrigue se passe au printemps 1980, alors que les étudiants de la ville de Gwangju manifestent contre le gouvernement en place. Ce dernier ne semble pas très enclin à accepter la contestation, puisqu’il mandate aux forces de l’ordre de mater les protestataires par la force. L’opinion publique appuie les autorités, tout comme le protagoniste d’A Taxi Driver. Kim est focusé sur sa propre subsistance. Il fait son job et tente de joindre les deux bouts du mieux qu’il le peut. Mais quand un photographe allemand propose de le payer l’équivalent de quatre mois de loyer pour qu’il l’emmène clandestinement photographier les manifs de Gwangju, Kim s’embarque dans un processus qui pourrait bien le changer à jamais…

En Corée, A Taxi Driver est un véritable blockbuster. Il a vendu plus de 10 millions de billets. Assez surprenant, de la part d’un film qui revient sur un douloureux (et récent) épisode de l’histoire national. A Taxi Driver n’est cependant pas émouvant que pour les coréens. Le film a une portée universelle et a spécialement touché notre collaborateur Jean-François, qui n’hésite pas à lui donner son étampe de MOVIE OF THE YEAR™. Encore une fois, Song Kang-ho nous rappelle qu’il est un des meilleurs acteurs du monde.